jeudi 1 mai 2008

#18

Fête du travail, mon cul. J'ai jamais compris comment on pouvait célébrer un truc pareil. C'est cool, mes collègues sont des cons, je gagne une misère, j'ai mal au dos et à la tête à force de faire des trucs abrutissants. Bon, j'arrête de faire de mon cas une généralité, de toute façon ça n'intéresse personne.

Juste pour dire que j'ai pas mal de disques à chroniquer en retard (DEATH SET, FOALS, BLOOD RED SHOES, HOMOSTUPIDS, AGE, THE AUSTRASIAN GOAT, LAKME, SCUL HAZZARDS, une compile de musique cubaine), donc je les garde pour la session de juillet. Entre temps, je pars en vacances à Brighton faire le tour des recordshops et me gaver de concerts pendant le Great Escape Festival, je participe à une bourse aux disques à Metz le 11 mai, bref y'aura de la matière.

On s'attelle également à la fabrication de 6 Mois Aux Chiottes #3 qui sera enrichi d'une interview de Nafi (Centre d'Hygiène de l'Est, AH KRAKEN et des dizaines de millions d'autres groupes) et d'un entretien avec trois copains de Moselle-est pour parler de leur quotidien et de leur implication dans ce grand bordel qu'est la scène punk DIY. Ouais, ce projet à la con devient donc un vrai zine.

En attendant, tes galettes sont toujours les bienvenues à cette adresse :

SCHALL Florian
7 rue de la Monnaie
57000 Metz


Merci, peace off, à bientôt !



ALASKA PIPELINE / HELIPORT Split CD-R

Très bel objet. Artwork, format, matière, rien à dire. Musicalement ça bute aussi. Pop mathématique éblouissante pour HELIPORT, j’ai presque envie de chialer tellement c’est beau. RESCUE qui reprend le répertoire de WEEZER. Riffs sublimes, patate de popeux, putain d’excellence. Les ALASKA PIPELINE, quant à eux, ont pris un peu de bouteille depuis leur dernière production, ça me fait de plus en plus penser à PILOT TO GUNNER (la voix) avec toujours ce petit côté indie à la GIANTS CHAIR qui en impose. Sacrée dynamique, sacrée technique, même énergie phénoménale que leurs copains de split, non franchement je suis sous le charme. Je les ferais bien jouer à Metz si j’avais un peu plus de temps. (We Are The Robots) www.arewetherobots.com

AMPOOLS S/t CD-R

Vache. Une rouste en bonne et due forme. Alors ouais, ça pue la santiag mais ça chausse pas petit comme tous ces groupes de merde qui veulent se la jouer rock’n’roll avec un t-shirt vintage et deux riffs piqués chez les Stones puis accommodés à la sauce EVERY TIME I DIE. Les Bisontins ont indéniablement écouté de l’emo moderne et tendancieux et ont su en tirer le meilleur parti tout en le batardisant de bien belle manière. A les écouter attentivement, ces quatre titres me rappellent étrangement FAITH NO MORE (Album Of The Year) ou SOUNDGARDEN (Badmotorfinger) tout en restant furieusement actuels (le chant magistral d’Onito, la basse écrasante, les riffs inventifs et les tempos qui swinguent). Par contre, je suis pas convaincu par les textes en Anglais. L’artwork est sympa, sans plus. En bref, je suis plus que content de faire un split avec eux. (Only 4 Stars) www.ampools.fr

THE B-52’S Funplex CD

En bon fan indécrottable, je n’attendais rien de ce disque. Ben merde, il est quand même bien bon. Hormis leur classique premier album, on n’avait eu droit jusqu’à présent qu’à une suite d’œuvrettes toujours construites de la même manière (2/3 tubes et du remplissage). En 2008, aussi étrange que cela puisse paraître, la tendance s’inverse. Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, les guitares sont mises en avant. Bon point. Les accents électroniques sont bien présents mais savent se faire discrets (rythmiques, synthés malicieux). Quant au travail vocal, on retrouve le niveau d’excellence de morceaux tels que 52 Girls ou Lava, un vrai régal donc quand les timbres féminins de Cindy et Kate s’accouplent à l’organe délirant de Fred Schneider (ce manque a quand même une des voix les plus reconnaissables du monde de la musique). Je disais donc : beaucoup de tubes et rien ou presque à jeter. Les plus mauvais morceaux (Juliet Of Spirits, Eyes Wide Open, Love In The Year 3000) rappellent un DEEE LITE fatigué, le reste oscillant entre B-52’S des grands jours (l’imparable triplé d’introduction, le morceau-titre, Too Much To Think About, Keep This Party Going) et digressions aussi surprenantes qu’intéressantes (on pense à GOLDFRAPP ou au Madonna du Ray Of Light sur Deviant Ingredient ou Dancing Now). Franchement, je suis conquis, je ne m’attendais pas à un retour aussi convaincant. Ouep, ça veut dire « Fave », en gros. (Astralwerks) www.astralwerks.com

THE BELLRAYS Hard, Sweet & Sticky CD

D’habitude je suis client mais là je sais pas, y’a un truc qui le fait pas. Le mélange blues / hard / punk / soul fonctionne toujours à merveille, c’est juste l’inspiration qui manque. Hormis pendant le tryptique One Big Party / Infection / Coming Down (qui synthétise le style du quatuor), c’est l’ennui poli qui domine. Tant pis. (Anodyne) www.thebellrays.com

BE YOUR OWN PET Get Awkward LP

Ce n’était pas qu’un pet dans l’eau. BE YOUR OWN PET confirme avec Get Awkward qu’il est là pour tout détruire autour de lui. Excellent disque à la fois furieux (Blow Yr Mind, Food Fight) et posé (le tube 60’s Becky, You’re A Waste, Creepy Crawl), vachement moins brouillon que son prédécesseur mais toujours aussi fun. Du punk rock dansant qui se retient dès la première écoute (Black Hole, Kelly Affair, Zombie Graveyard Party) et dominé par la voix puissante de Jemina Pearl, véritable furie sensuelle et iconique. Même pas vingt piges, l’avenir est à elle. Bref, ce disque fait du bien par où il passe. (XL) www.beyourownpet.net

BIRCHVILLE CAT MOTEL Four Freckle Constellation CD

Drone ambient expérimental. Tout un programme. En vrai, une musique de film de science-fiction qui se passerait dans le désert. Comme si Richard Stanley décidait de fusionner Hardware (son premier chef d’œuvre) avec Dust Devil (son second carnage) et que Jodorowsky acceptait de s’occuper de la photographie. Finalement, c’est plus l’Australie qui sied à Campbell Kneale (le gars derrière BIRCHVILLE CAT MOTEL) que la Nouvelle Zélande. C’est trop joli et trop vert, là-bas. Ca manque de poussière et de paysages décharnés. J’aime beaucoup le morceau-titre (limite rock industriel à la FŒTUS), et le reste aussi (ces jolies notes de piano qui se rentrent dedans, ces frissons métalliques). Bon disque. (Conspiracy) www.cpsip.co.nz

THE BLACK CROWES Warpaint CD

Ah, le bon vieux temps de Shake Your Money Maker et The Southern Harmony & Musical Companion. N’empêche, c’est en sortant ce genre de phrases que je passe pour un vieux con. Merde, je suis pourtant jeune encore. Mes goûts musicaux sont douteux et laissent perplexes les personnes qui me lisent, j’y peux rien si j’ai découvert tous ces disques à leur sortie. Le facteur affectif, un truc qui passe complètement au-dessus de la tête des éjaculateurs précoces numériques. Non pardon, j’ai rien dit. Nouvel album sur leur propre label, toujours dans une veine ALLMAN BROTHERS BAND meets LED ZEPPELIN, c’est pas mauvais (même carrément bon, notamment sur ce Goodbye Daughters Of The Revolution qui ouvre l’album ou Wounded Bird) même si ça n’atteint pas les sommets précités. Ca fait de toute façon plaisir de revoir les frangins Robinson sur scène, et rien que ça c’est déjà énorme. (Silver Arrow) www.blackcrowes.com

CAFETERIA DANCE FEVER S/t CD

Garage pop lo-fi complètement foutraque qui avance en rampant dans un déluge de bruits et de dissonances. Moins de cinq minutes, c’est à la fois peu et suffisant pour se faire une idée. Si SONIC YOUTH faisait de la pop, ça ressemblerait à ça. Cool, quoi. (Hovercraft) www.cafeteriadancefever.com

CALDERA Mist Through Your Consciousness CD

Certes, il faudra au moins un Bienvenue Chez Les Lorrains pour effacer tout le mal que fait Canal Plus à notre chère région. Certes, le groupe s’est depuis un moment réfugié chez l’ennemi intime (Nancy). Malgré cela, je considèrerai toujours CALDERA comme le meilleur groupe de Moselle-Est. Ce premier album (qui voit enfin le jour après moult galères) surprend par son tout petit son, pourtant concocté chez Morratel (le boss de la cité quand tu veux que ton estomac vibre). Vraiment étonnant. Passée cette déception, tu t’en prends quand même plein la gueule. Les gaziers sont des virtuoses du riff (les arrangements aux petits oignons) et maitrisent l’art du groove noir (t’as envie de bouger les cheveux, c’est indéniable). Par contre, les dérives post-mes burnes, très peu pour moi. Je pense que leur musique gagnerait en fraîcheur ce qu’elle perdrait en modernité (aka ça plaît aux métalleux de forums, les tolérants, ceux qui écoutent aussi EXPLOSIONS IN THE SKY). Mais bon, on n’arrête pas le progrès avec de bonnes intentions. Néanmoins, très bon disque malgré ces quelques réticences. (Radar Swarm/Atropine) www.myspace.com/caldera666

CLINIC Do It CD

Le meilleur groupe du monde revient à la charge avec son déjà cinquième album. Un disque tous les deux ans, deux compiles de EPs, des singles à foison, le quartet de Liverpool est du genre généreux. Comment décrire la musique de CLINIC ? Une voix décharnée qui murmure des poèmes macabres à l’oreille de l’auditeur, un son hors du temps dominé par des claviers sinistres et des riffs de guitares bancals pour une musique intemporelle et romantique, entre 60’s moribondes, descentes aux enfers 70’s psychédéliques, 80’s glaciales et 90’s dépendantes. Comme si les MONKS s’accouplaient avec un BERURIER NOIR mené par Syd Barrett. Anti-festif, mélancolique, envoûtant, passionnant de bout en bout. Une fois que je les aurais vu sur scène, en vrai, je pourrai mourir tranquille. FAVE. (Domino) www.clinicvoot.org

DANCING MICE Eroded CD

La vache, je me demande où ils ont bien pu piquer un tel son de basse. Quoi ? A JOY DIVISION, tu dis ? Et les chants s’inspirent du DEPECHE MODE de Songs For The Masses ? Le tout joué par OMD mais version tropicale ? Boh, connais pas. Tu sais, on est en 2008, tes groupes de vieux là ça n’intéresse plus personne, hein. (Squeak) www.dancingmice.co.uk

DAVAÏ S/t CD

La chuche de DAVAÏ m’a vaguement fait penser aux soubresauts épileptiques de RED SCARE, les hurlements, le chaos et la folie en moins. Y’a cependant un petit quelque chose qui les place dans la droite lignée du combo maudit. Le jeu de batterie, l’énergie et l’imprécision. J’aime beaucoup Carrousel et son riff à la fois dynamique et entêtant. Simple et efficace, la tempête avant la calme Berceuse (on dirait MELATONINE) qui clôt ce très court enregistrement de jolie manière. (DIY) www.myspace.com/davaitrio

DEDEDELUXE S/t CD-R

Une guitare, une voix, des bruits de fond. Pas besoin de plus pour faire un disque. C’est quand même pas la joie. Ces morceaux auraient eu leur place sur des compiles Copper Press, genre au milieu. Pour casser l’ambiance. A écouter le dimanche, quand t’es triste, qu’il pleut, que tu te sens vieux et pas à ta place dans ce monde de merde. (Angry Ballerina) www.dededeluxe.fr.st

DUFFY Rockferry CD

Amélie Cavavin fait des émules. DUFFY est galloise et possède un timbre de voix rauque similaire à celui de Betty Davis. Panthère incontrôlable contre petit chat d’appartement. Le guitariste de SUEDE (Bernard Butler) l’épaule sur ce premier album mi-figue, mi-raisin, gavé de petites ritournelles sympathiques, entre soul de salon et pop jazzy gentillette. Mercy (le single imparable) et Delayed Devotion (du Curtis Mayfield chanté par les RONETTES) sortent du lot, le reste donne par contre un peu trop dans les violons pour m’impressionner. Mais ça s’écoute quand même bien en musique de fond. (Mercury) www.iamduffy.com

ESTELLE Shine CD

La belle Anglaise revient aux affaires avec un deuxième album dans la lignée de son génial 18th Day, premier full length aussi remarquable que peu remarqué à sa sortie. Il devrait théoriquement en être autrement aujourd’hui même en 2008, tant ce Shine suinte le succès annoncé par tous ses pores. Les producteurs sont rôdés à l’exercice (Will I Am, Wyclef Jean, John Legend, Mark Ronson) et Kanye West s’invite en featuring sur son second single/tube American Boy. Ouf, Timbaland n’apparaît pas sur ce disque, trop occupé à tenter de donner un semblant de consistance Timberlakienne à notre cher M. Pokora national. D’ailleurs, en parlant de tubes, les autres titres restant son logés à la même enseigne. Rythmiques implacables et refrains entêtants, qu’Estelle et ses conspirateurs donnent dans la soul légère (No Substitute Love, clin d’œil au Faith de George Michael ; Pretty Please Love Me featuring Cee-Lo), le reggae de printemps (Magnificent featuring Kardinal Offishall) ou la nu-soul (So Much Out The Way, In The Rain), ça tape toujours juste, en plein milieu du cerveau et du cœur. Bref, un disque de r’n’b frais, moderne, noble, humble et bourré de références de bon goût. Le meilleur de cette année, à n’en pas douter (sauf si Amerie se réveille). FAVE. (Atlantic) www.myspace.com/estelleonline

FRED Mes Graines CD

Entre folk et world music, de la zik taillée pour les récentes ambitions de la Nouvelle Star. Je le dis sans aucune arrière-pensée, hein (m’en branle de me faire tailler par les chroniqueurs professionnels, je pourrais de toute façon pas en empêcher certains de se faire des idées fausses sur ce que je peux aimer / penser). J’ai juste un problème avec le chant en Français. C’est con, j’aime pourtant bien les notes et les rythmes concoctés par le gars Fred (un peu de Camille par çi, un peu d’IRON & WINE par là, de l’ANTHONY & THE JOHNSONS aussi, et même pas un gramme de Christophe Maé, ouf !). C’est humble, sans prétention, le type a un joli grain de voix, ce qui ne gâche rien. Juste la langue qui passe pas. Je sais, les Anglais m’ont lavé le cerveau. (Sony) www.myspace.com/meetfred

HADAR KASCH S/t CD

De la folk jouée par des punks qui ont beaucoup écouté de pop. Ou l’inverse. Ou pas, mais presque. Je sais plus. Y’a des gens d’AUKTION (d-beat qui rocke) dedans. Y’a pas photo, entre les deux c’est HADAR KASCH que je préfère. Déjà y’a une putain de voix qui te berce, grave et mélodique, un peu à la Patti Smith sur son chef d’œuvre Horses. La zik est juste parfaite, six tubes qui rappellent tout autant leurs compatriotes de HOLMES que DEXY’S MIDNIGHT RUNNERS, voire même un BLACK MOUNTAIN délesté de toute lourdeur psychédélique ou un IDA avec vingt ans de moins. Bon allez, je vais faire une ballade à cheval avant d’aller me bourrer la gueule au bar du coin. (DIY) www.myspace.com/hadarkasch

THE HARTFORD WHALERS / PARASITES GO / PATSY MOTHERFUCKING CLINE Split CD

Split ultra classe. Matt explique la genèse de ce projet dans un texte touchant de sincérité, d’humilité et de passion. De ce fait, avant même d’avoir écouté la moindre note de musique, j’étais déjà prêt à louer les qualités de ce disque. Bref, venons en à ce qui nous intéresse. THE HARTFORD WHALERS : du HOT WATER MUSIC à l’époque de la compile Finding The Rhythms (le morceau Floor, surtout), de l’émotion, de la mélodie, des chants à côté, juste parfait. Sept titres. PASTY MOTHERFUCKING CLINE : ça se la joue un poil plus folkish (à la THIS BIKE IS A PIPE BOMB) tout en ne perdant rien de son énergie (« folkish » ne rimant pas forcément avec « grosse quiche », hein). Six titres. PARASITES GO ! : on va me pendre pour ça, mais j’ai vu en ce groupe une version déglinguée et craspec du PENNYWISE d’About Time et du PULLEY du premier album. Garage as fuck, évidemment. Je kiffe bien. (Orange Juice) http://orangejuice.monsite.orange.fr

HEY LOVER S/t CD

Mon coup de cœur de cette année. Tellement emballé par leur garage pop tubesque que je leur ai même proposés de les aider sur leurs dates françaises. Pour résumer, un duo guitare/batterie, fille/garçon, voix mixtes et mélodies généreuses. Leurs sucreries se parent parfois de frusques noise brutales, d’accalmies folk ou dissonantes et d’accélérations punk furibardes. J’aime beaucoup leurs textes. Plume à l’aise aussi bien dans la critique acerbe de la politique de leur pays que dans la description de leur quotidien. Merde, apparemment c’est un joyeux bordel sur scène, j’ai donc hâte de les accueillir fin septembre dans cette bonne vieille ville de Metz. FAVE. (Hovercraft/Breakfast Mascot) www.myspace.com/heylovermusic

RAYMONDE HOWARD S/t CD-R

J’ai pensé à Ani Di Franco et Scout Niblett en écoutant ce disque. Pop lo-fi bricolée à la maison (dans son salon, pour être précis). Du minimalisme qui s’empile (les voix), un pillow fight en solitaire. Du fait de leur très courte durée, on peut considérer ces dix morceaux comme autant d’idées ou de thèmes inexploités. Je regrette un peu ce côté trop à l’arrache, trop j’en ai rien à battre. C’est con, étalés sur trois minutes et quelques, certains titres auraient pu vraiment me régaler (Take Off Your Orbits, Chemicals In Need). Mais je passe probablement à côté de ce que la Raymonde a essayé de me faire comprendre. C’est pas bien grave. (Angry Ballerina) http://raymondehoward.free.fr

INANE S/t CD-R

Un retour que personne n’attendait. Les cheveux sont tombés (‘fin un des gratteux a encore une jolie tignasse) mais les doigts s’activent toujours aussi brillamment sur les manches en bois. Quatre titres, dix minutes, la messe est dite. Ultra putain d’métal. Le batteur joue petits bras mais les six-cordistes font tout le boulot pour lui, le chanteur en met partout (growls, cris, arrachage de gorge), et en live, je te prie de me croire, ça te brise des nuques comme le Steven Seagal des grands jours (bon, ils ne jouent plus My Heart Will Go On, c’est dommage). Le fait intéressant du jour : le bassiste est le sosie parfait de Dino (d’Achille Tonic). Drôle. (DIY) www.myspace.com/inane666

LACK Saturate Every Atom CD

C’était même pas mieux avant. (Playrec) www.lackattack.dk

LADYTRON Velocifero CD

J’aime bien recevoir des promos. C’est sympa, la gratuité (malgré ce qu’en dit le mec de MOPA, mais on ne va pas revenir là-dessus). Néanmoins, je préfère quand même encore écouter le dernier Kylie Minogue ou le Bat Box de MISS KITTIN plutôt que cette merde. (Nettwerk) www.ladytron.com

LEVIATHAN Massive Conspiracy Against All Life DoLP

Le cœur noir saigne noir. Noir. NOIR. (Moribund Cult) www.myspace.com/leviathanx666x

THE LONG BLONDES Couples CD

Jamais je n’aurais imaginé écouter une telle merde. Putain, mais qu’est-ce qui leur est passé par la tête, bordel ? La peur d’être démodé en 2008 ? Leur Someone To Drive You Home était pourtant un petit bijou de pop 60’s garage et dansante, je m’attendais donc à ce que ce Couples creuse en profondeur ces sentiers rétros nostalgiques. Bah non. En lieu et place, on a droit à de la disco au rabais, à du sous-BLONDIE et à du GLASS CANDY faisandé. Beurk. La prod d’Erol Alkan est dégoulinante de dégueulasserie infecte. Les sons synthétiques rongent tout, les refrains sont en mousse (aucun single en vue, incroyable) et même Kate Jackson semble fatiguée de s’écouter chanter. Je me répète, mais putain. Ca fait vraiment mal. (Rough Trade) www.thelongblondes.co.uk

AGATHE MAX Sonic Live CD-R

Du drone à cordes. Raides, de préférence. 44 minutes, beaucoup de bruits, peu de chuchotements, j’avoue avoir du mal à rester concentré tout du long. Sur la fin, quelques coups de caisse claire me sortent de la léthargie dans laquelle je m’étais langoureusement lové. J’ai la pâteuse. (Angry Ballerina) http://angryballerina.free.fr

MGMT Oracular Spectacular CD

The next big shite. (Columbia) www.whoismgmt.com

POCKET BASTARD I Hate Myself But I Don’t Want To Die CD-R

A New Kind Of War. Mazette, quel tube. Tu sais pas d’où ça vient, tu sais pas où ça va t’emmener, mais tu t’en fous, t’as déjà ton ticket en main. L’éclectisme de ce projet fait plaisir à voir. Electro, folk, pop, post-rock, punk foutraque. Le gars Jé se fait plaisir, son disque pue la sincérité, l’intelligence et la subtilité. Les influences sont vraiment finement digérées, pis le clin d’œil à NIRVANA ne t’aura pas échappé (autre tube, tiens… « Did everyone forget Judas Priest ? »). Ca m’a fait penser à ce que DR GEO tente de faire dans son coin (ou en duo avec ORANGE BROWN, le côté 70’s en moins). D’ailleurs, j’organiserais bien une rencontre, juste pour voir ce que ça donnerait. On s’attache à ce disque au fil des écoutes jusqu’à ne plus pouvoir s’en séparer. J’en suis le premier étonné, je ne m’attendais pas à ça. Reprise aux petits oignons du Where The Streets Have No Name de U2 (qui n’arrive tout de même pas à la cheville de la version donnée par Vanessa Carlton sur son deuxième album, faut pas déconner). FAVE. (Angry Ballerina) www.pocketbastard.com

R.WAN Radio Cortex 2 CD

Le leader de JAVA goes solo. Deuxième album. Mélange de styles. De Busta Rhymes à Erykah Badu en passant par Ben Harper, Moby ou son ancien groupe. C’est pas dégueu, vraiment bien branlé, inventif et tout. C’est juste trop franchouillard pour emporter mon adhésion. (PIAS) www.myspace.com/rwandejava

TRISTE SIRE Attache Moi CD

Avec Kika, Attache Moi est mon film préféré d’Almodovar. Une œuvre terriblement excitante et, hum, attachante. Je peux pas en dire de même de ce groupe Lyonnais. Mixe MUSE avec PLACEBO et le pire de Damien Saez. Brrr, ça fait froid dans le dos. (Ariok) www.tristesire.com

LES TROIS ACCORDS Grand Champion International De Course CD

Putain, on dirait TRIPPING DAISY (avec un poil de NOFX mid-tempo). C’est simple, catchy et classe à la fois. J’aime beaucoup la voix et ce petit accent Québécois qui fait craquer les filles et les garçons. On pourrait les comparer aux WAMPAS aussi (les textes, bordel) avec un petit quelque chose d’ARCADE FIRE. Bref, je pensais jouer au freesbee avec ce disque pis au final non je vais le garder bien au chaud. Je vais pas aller jusqu’à l’écouter en boucle non plus, hein. (MVS) www.lestroisaccords.com

V/A Brique Beat Volume 1 CD-R

Pinaise, ça bouge à Metz en ce moment. Deux compiles CD-R sortent quasiment au même moment dans des styles plus ou moins similaires. Celle-ci est le fait du collectif Giant Meringue. A boire et à manger, du bon et du mauvais, comme dans toute entreprise de ce genre. Les titres d’ESPION déboîtent méchamment (originalité zéro, efficacité maximale), ceux de CHEAPY CHIPS également (même remarque que pour son copain des Services Secrets), le Nightclub de ROBOCHRIST est impérial tout comme le Périmètre de ZERO DEGRE. Les morceaux de BOUB et CHAMPLOO m’ont quant à eux bien calmés. Rayon déceptions, j’ai pas été convaincu par ceux de MR 2003 (du moins pas par Poumon, car Fléchettes est quand même une bonne tuerie), JARCO WEISS (une Sallad indigeste), un tout petit Slip de DJ LEZARD, un Sabrina du ONE DJ qui tourne en rond mélodiquement parlant (c’est con, ça avait pourtant tout pour me plaire) et un Vroum chiant par La Neige. Voilà. J’attends déjà les critiques, « Mais ferme donc ta gueule, t’y connais rien ». Joie d’offrir, plaisir de recevoir. (Giant Meringue) www.giantmeringue.org

V/A Cheap Kit Vol. 1 CD-R

Premier volet des aventures des membres du Kit en solo. Electro protéiforme, diverses façons de taper du pied et de bouger la tête. Minimale, lascive, ambient, hardcore ou smooth operator. Mes titres favoris restent ceux de DR GEO (et son violent tube Dive), du CHAPELIER FOU (Doodling Hands est un bijou, son disque est une pure merveille, ce type est un génie, point barre), d’ORI (What Else est une tuerie) et de MADEMOISELLE SUZIE Q (dansant en diable). Les autres (TOHU BOHU, DOLIBOX, DOG BLESS YOU, MR V, 0°, INABOX et CELOMALABIT) ne sont pas en reste, ça me parle juste un peu moins. J’ai en tout cas hâte d’entendre la suite. (Le Kit) www.myspace.com/lekitcorporation

V/A Elégance Publique CD-R

Compile accompagnant la sortie du dernier Public Elegance Limited (zine people pour rire de Romain from Saint-Etienne). Bon, le mastering est limite mais les groupes déboîtent. Mes préférés : THIS IS POP, THE CLEAN CUTS, BROADWAY, KISS KISS MARTINE, 1000 VIERGES, TAMAGAWA, RAYMONDE HOWARD, LE PARTI, KNX CREW, VOMIT FOR BREAKFAST et H-TRANCE. Grind, folk, pop, electro, hip-hop, drone, garage, punk, à boire, à manger mais surtout à boire. J’en ai en distro si ça te branche. (DIY)
www.myspace.com/madamefuir

WHITESNAKE Good To Be Bad CD

Je suis fan absolu de ce groupe. Le hard-rock bluesy de la bande à Coverdale a bercé mon enfance, du premier LP jusqu’à Saints & Sinners en passant par ces horreurs que sont 1987 ou Slip Of The Tongue. Le vieux blond a toujours su bien s’entourer (Steve Vai, Adrian Vandenberg, Micky Moody, John Sykes, Vivian Campbell, paie ta brochette de tueurs… Je te parle même pas du premier line-up avec Ian Paice et John Lord de DEEP PURPLE) et a quand même collaboré aux trois meilleurs albums du combo à Ritchie Blackmore (Burn, Stormbringer et Come Taste The Band sans Blackmore). Bon, que dire de ce WHITESNAKE nouveau ? Il aurait pu sortir fin 80 que ça ne m’aurait pas étonné. Mélange de gros hard-rock qui tâche et de ballades dégoulinantes, avec le clavier tout en avant et des bends dans tous les sens. Adieu le blues, et c’est bien dommage. Bon, même si j’aime pas des masses ce disque, j’irai les voir jouer leurs classiques s’ils passent en France, y’a pas à chier. Et tant que David ne tombe pas aussi bas que son confrère Brett Michaels, l’honneur est sauf. (SPV) www.whitesnake.com

6 commentaires:

Julien a dit…

Bonnes vacances !!

buddy satan a dit…

Putain merci, j'en ai bien besoin !

niko a dit…

yep de bien bonnes chroniques
Mr satan B.
Je suis assez d'accord avec celle de Caldera, je m'attendais à me prendre un mur de son...et puis non (alors qu'en live, ils envoient les bougres.)

On peut le chopper sur Nancy (l'ennemi intime ) le zine?

bonnes vacances...
niko

buddy satan a dit…

Le zine est pour l'instant dispo chez Tiairy Acide Folik / La Casbah, sinon je peux t'en envoyer une copie si tu me files ton adresse (the_dead_kid@hotmail.com)

niko a dit…

oh t'inquiète, j'irai le chopper à La Casbah, c'est près de chez moi..
Ou sinon à un concert à Metz genre KIDCRASH ...
salut

buddy satan a dit…

Cool ! J'ai mis un lien vers ton blog sur sur celui de 3 Cool Cats Booking.

A lundi !