mardi 1 septembre 2009

#32

Salut la compagnie,

1er septembre, jour de rentrée. Les toits de Metz dégoulinent de grisaille et d'humidité, j'ai le ventre noué à l'idée de publier mes nouvelles chroniques. Tout va bien. Plaisir de retrouver des groupes improbables et des fautes de frappe, des tournures alambiquées et des sentences de deux lignes. Enfin toi je ne sais pas mais moi ça me fait encore rigoler. Alors autant continuer.

Petit mot d'excuse à l'attention des copains du PARTI : j'ai pas eu le temps de bafouiller sur votre chef d'oeuvre. Je l'ai pourtant écouté jusqu'à l'overdose (avant de ressusciter, en bon zomblard affamé) mais les bons mots ne me sont pas venus à temps. ce sera pour octobre. Pareil pour les promos que l'on m'a envoyé dernièrement. Je ne vous oublie pas, je suis juste un peu lent en ce moment.

On sort des travaux de l'Emile (pas encore terminés, je précise) et on attaque déjà la nouvelle saison en fanfare. N'hésite pas à passer boire un verre, c'est un endroit simple et sympathique, un lieu un peu unique à Metz. Ouais bon je prêche pour ma paroisse, ça fait batard mais si je n'en profitais pas au moins un petit peu sur mon propre blog, où irait le monde ?

Direct aux chiottes, d'ailleurs je prépare un gros numéro pour la fin d'année. 1 an aux chiottes, donc. On (je ?) fêtera la sortie en grandes pompes en début d'année prochaine.

En attendant, une seule et même adresse pour le courrier :

Bon appétit.

Buddy Satan x Noir Fluo


400 COLPI Homo Homini Lupus CD

Chorus Of One ayant décidé de m’envoyer d’un coup d’un seul une partie de sa discographie, on peut dire que c’est « lumière sur » le label italien. Du coup, je me lance avec 400 COLPI. Hardcore métallique brutal et holyterrorisant. Deux voix (graves, arrachées), deux guitares (adroites et complémentaires) et dix chansons rappelant à la fois INTEGRITY, MORNING AGAIN et KEEPSAKE (en beaucoup plus bourrin, ceci dit). Le tout est chanté en italien. Ca passe plutôt bien. Musicalement, on ne sort pas des sentiers battus mais 400 COLPI joue avec sincérité, amour et passion. Ca s’entend. Ca se sent. Hibakusha est même un morceau de choix. A découvrir. (Chorus Of One) www.myspace.com/400colpi

BOOZED One Mile CD

Rock’n’roll glamisant. Du hard-rock, en fait. Et tous les morceaux déboîtent. Normal, y’a l’aval du sieur Nicke Andersson qui vient branler du manche sur un morceau. Très bon, tout ça. La classe allemande. Rien à dire. Mes baffles apprécient. (Chorus Of One) www.boozed-rocks.com

BURMESE / CADAVER EYES Split CD

BURMESE : toujours plus psychotique, absurde, violent et déliquescent. Bruit blanc, dégueulis, spoken words. Entre NAPALM DEATH et GEROGERIGEGEGE. Impressionnant d’extrémisme musical. CADAVER EYES : le même délire, mais sur des morceaux plus longs. Rythmiques de plomb, aigus qui niquent les gencives. No doom total qui penche vers le bruitisme de NEW-YORK AGAINST THE BELZEBUTH. Shit lo-fi avec un gros son. Mange ta merde. Mange tes morts. Souvenir ramené du Canada par les 213, j’aime ce genre de cadeau ! (HCB/New Scream Industry) http://newscreamindustry.blogspot.com

THE CRAWLERS Level The Forest LP

Excellentissime petit disque de punk rock qui sonne instantanément comme un classique dès la première écoute. Le trio de Portland continue sur sa lancée. Jusqu’où s’arrêteront-ils ? En bas de chez moi pour un petit concert sauvage, j’espère. Rien à dire de plus, les types ont un Shitspace, suffit d’écouter puis de commander. (Blind Spot) www.myspace.com/thecrawlers

THE DADDS Idées Choc & Propos Chic CD

Excellent skeud de 60’s beat chanté en français. Je suis impressionné. J’ai ri à la première écoute, puis je me suis agenouillé en priant Saint Brian Auger. Les textes sont de la véritable science-fiction pop culturelle, mélangeant allègrement des références à TF1, Théophile Gautier, Ebay, François Truffaut et les PRETTY THINGS. Un fourre-tout bordélique et sensé pour ces cinq jeunes postmodernes fans de MUSIC MACHINE, YARDBIRDS, CREATION et MONOCHROME SET (enfin quelqu’un de sensé). Musicalement, relis ce que je viens d’écrire et tu auras déjà une petite idée de la musique pratiquée par notre quintet extraordinaire. Perso, je trouve leur disque excellent. (Green Cookie) www.greencookie.gr

THE FEELING OF LOVE S/t CD-R

Guillaume m’a gentiment passé ce CD-R avec le tish de son groupe. Merci mec. Aujourd’hui, tout Metz adore THE FEELING OF LOVE. C’est le syndrome CHAPELIER FOU. Un jour, la ville endormie se réveille enfin et prend conscience du trésor qu’elle tient entre ses mains. La hype à l’œuvre. N’interprète cependant pas mal mes propos. Je pense sincèrement que Louis et le désormais trio méritent cette attention impromptue. Quid de ces six nouveaux titres ? Maturité, tubes, richesse mélodique, tubes, univers en expansion, tubes. Aux confins du garage, du psyché, du blues, du freakbeat et de la noise, THE FEELING OF LOVE explose les espoirs portés en lui à la sortie de son premier LP et emmène l’auditeur consentant dans les tréfonds de son âme détraquée (The First Dead man, morceau-somme de toutes les peurs rappelant le meilleur de SONIC YOUTH). Impressionnant. M’est avis que son prochain album risque de faire très très mal. (DIY) www.myspace.com/thefeelingoflove

FUCK OFF AND THRASH S/t CD-R

Nouveau projet éphémère de l’ami Jeff. Comme le Port-salut, c’est marqué dessus. Huit morceaux de thrash métal à l’Allemande. Pas pour rien que The Conqueror de SODOM et Tormentor de KREATOR sont repris en fin de galette. Faire de la musique, dans le cas présent, est plus qu’une thérapie. C’est quelque chose de vital à l’équilibre de mon pote. Faut que ça sorte. Que ça explose. Coûte que coûte. Quitte à pas placer le chant correctement ou à bâcler parfois ses morceaux. Quitte aussi à prendre l’auditeur à la gorge pour lui faire avaler sa pilule (Shift Your Arse, qui synthétise un peu ces deux tendances). J’aime beaucoup l’artwork, surtout la back cover. Le Jeff rock’n’roll sexy, celui qui aime le cinéma, les filles, le foot, le métal. Celui aussi qui bout de colère et de révolte, qui se remet constamment en question. J’ai hâte d’écouter son groupe de doom avec Régis, Faz et le Goat. (Altsphere) www.altsphere.com

THE FURTHERMOST All Against The World CD

Disque de hardcore moderne numéro 589214. Au secours. (Chorus Of One) www.chorusofonerecords.it

VERA GOGH Blue Pearl Of Happiness CD-R

Heather Nova et Kate Bush se sont réincarnées en Vera Gogh. C’est assez fou d’écrire ça mais je ne vois pas d’autres comparaisons possibles plus justes pour décrire la belle. Grâce, folie et douceur cohabitent en musique au sein de cet être venu d’ailleurs. Compositrice et interprète hors-pair, la miss s’est adjointe les services, pour la réalisation de ce disque, de (tiens donc) Kacey Johansing, avec qui elle est également partie en tournée en Europe cet été. Résultat, une grosse baffe dans ma gueule lors de leur passage à l’Emile Vache. Impressionnante de bizarrerie, d’humour et de charisme, la Vera. Voix féline, arpèges fragiles, moog omniprésent. Le disque tourne en boucle à la maison, comme celui de sa copine. Bref, encore une chronique de merde écrite avec les pieds pour dire que j’aime. C’est plus facile de casser du sucre sur el dos des groupes (encore que). FAVORI. (DIY) www.myspace.com/veragogh

GONZALES Checkmate CD

Rock’n’roll glamisant. Du hard rock, en fait. Et tous les morceaux se ressemblent. Je préfère encore me taper vingt-sept heures de piano que cette demi-heure insipide. (Chorus Of One) www.myspace.com/thegonzales

GUILTY FACES Domestic Bliss LP

Cool, un disque de punk rock pas distordu ! Par les temps qui courent, ça change ! Ici, ça cause ADOLESCENTS et ANGRY SAMOANS le long de dix titres mélodiquement exquis. Voix rauque et tricotis de riffs bien sentis. Tout bien, bâtard ! (Deranged) www.derangedrecords.com

HUMAN MESS Follow You Home LP

Du sang sur les murs. C’est ce qu’indique la très jolie couvrante. Je m’attendais donc à m’ouvrir les veines en entendant les premiers larsens. Mais pas. Punk rock distordu et hurlé, certes, mais super joyeux. Bizarre, le contraste pour un con triste comme moi. Au final, leur mix surprend la première fois mais n’accroche pas suffisamment pour qu’on y revienne. C’est pas grave, y’a plein d’autres bons groupes à découvrir. (No Way) www.nowayrecords.com

JEFF In & Between CD-R

Ce In & Between est sa version de la pop music, dixit son auteur. Le piano est mis en avant, les voix se font claires et profondes, les morceaux sont intelligemment construits sur des thèmes qui ne sont pour une fois pas expédiés en trente secondes (Death Before Birth, Dead Star). La plupart du temps, cependant, ça part soit en couilles (Waste, Whiskey Talks), soit dans des délires hypnotiques étranges (Empty, Another World). J’apprécie le fait que Jeff ose, se lâche complètement (Tell Me Why) et explore des territoires encore vierges en ce qui le concerne. Mais ce nouvel opus reste malgré tout difficile à écouter d’une traite, pas super accessible et souvent proche de l’improvisation. Parti-pris à la fois intéressant et casse-gueule. Je sais que Jeff s’en branle mais s’il me file ses productions avec autant de régularité, c’est qu’il aime, quelque part, avoir mon avis sur la question. (Altsphere) www.altsphere.com

THE JUMPIN QUAILS What’s Your Jump Like ? CD

Garage ! Beat ! Surf ! Ce quatuor italien marie ces trois influences avec bonheur le long de quatorze titres sympas comme tout. Et avec beaucoup d’humour, en plus. « I was born again under her shoes » (sur Moonatic et son thème entêtant), « One more drink, one more broken heart » (Liza) ou bien ces titres prometteurs (Blue Hot sauce, Werewolves In The Sun). Reprise des Sucettes (en français, s’il te plaît) écrit par Gainsbourg pour France Gall. A leur décharge, les JUMPIN QUAILS tapent un peu dans tous les sens, bouffant à tous les râteliers. Jeunesse et passion n’ayant jamais été motifs d’exécution publique, je t’encourage à profiter et savourer cette petite rondelle pleine de fraîcheur. (Green Cookie) www.greencookie.gr

KAMIKATZE Falling Down LP

Nouvel album. Pochette ultime. Se sont plaisir concernant l’artwork. Des chats à deux têtes, du sang, beaucoup d’humour. J’ai toujours préféré les Suédoises à leurs collègues Danois(es). Tapent moins dans le cliché punk, chaos, destruction, patchs partout, respect nulle part. Les filles sortent aujourd’hui l’artillerie lourde, remplacent leur frêle bassiste par un fier Viking et gravent douze morceaux de punk rock à la fois tubesque (Killing Me, Nightmare, Daydreams, Too Good For You), aiguisé (Should I Care) et chaotique (I’m Dreaming). Le D-Beat est même plus que fréquent sur ce nouvel opus (No Dogs No Masters). Je les ai fait jouer à l’Emile à la mi-août, j’ai trouvé leur concert carton (bien qu’un peu brouillon), contrairement à l’avis général (mollasson). Pis les filles sont toujours aussi adorables, ça fait plaisir de voir que certaines choses ne changent pas. (Dirty Faces) www.myspace.com/kamikatze

KILO Front Kick CD

KILO est un groupe français rassemblant en son sein un bien joli line-up. Un ex-CUT THE NAVEL STRING (toute ma jeunesse industrielle), deux actuels HINT et SEXYPOP, entre autres. Le quintet envoie une purée noise hardcorisée qui fait mal : chant papier de verre (qui n’hésite cependant pas à taper dans la mélodie de haut-vol cf le Frantic d’ouverture), rythmiques en béton armé et riffs tranchants. Le tout rappelle les débuts de DROWNINGMAN, UNSANE bien entendu, le KYLESA du To Walk A Middle Course aussi, mais surtout le post-hardcore de HANDSOME (si ces derniers ne te disent rien, imagine un QUICKSAND en plus funky) et l’écurie Wreckage/Exit (STILLSUIT, notamment) à partir de Slow, morceau-charnière de ce Front Kick rageur. Ce con m’a immédiatement donné envie de me replonger dans mes vieux BAD TRIP / MIND OVER MATTER, putain. Disque schizophrène et jouissif aux influences parfaites en ces temps de crise d’inspiration. J’aime et c’est assez rare pour le souligner. (Maximum Douglas) www.wearekilo.com

KUMISOLO My Love For You Is A Cheap Pop Song CD

Joli premier essai pour la petite Kumi, échappée du génialissime trio parisien THE KONKI DUET. Avec quatre mélodies en poche et quelques boucles malicieuses, elle te sort quarante-trois minutes de simplicité électropop imparable. Top niveau de la candeur. « Tu peux avoir confiance en moi », nous dit-elle sur Confiance Absolue. Les yeux fermés, Kumi. Les yeux fermés. Beatleserie électronique sur Triangle, machine à danser (la bien nommée Danse Music), LADY GAGA goes intimiste (I Know What Boys Like, le méga-tube du disque). C’est toujours joyeux sans être niais et simpliste (les mélodies tourbillonnantes de nostalgie de Cheap Pop Song, la progression Mineralesque de Earth). Etrange comme ce mélange m’a directement renvoyé à France Cartigny et Juliana Hatfield, deux artistes féminines pourtant éloignées l’une de l’autre (et qui n’ont, de plus, rien à voir, musicalement parlant, avec la petite Kumi). Des connections zarbies se font dans ma tête, pour pas changer. Pas grave. J’aime ce disque, c’est tout ce qui importe. (Active Suspension) www.kumisolo.com

LINTERNO Take The Train Of Your Soul CD

Hardcore italien. Ca rappelle ENSIGN et BETTER THAN A THOUSAND avec un côté punk-rock un peu plus prononcé. Pas loin de ce que certains coreux français peuvent pratiquer, également. Loin d’être passionnant, en ce qui me concerne. (Chorus Of One) www.myspace.com/chorusofonerecords

LOSER LIFE Friends With A Demon LP

Faut vraiment pas se fier au morceau d’ouverture. Répétitif, bancal, joué n’importe comment et pas passionnant. Les choses sérieuses commencent avec Discontent. Le même mais en mieux. LOSER LIFE, c’est END OF THE LINE, ECONOCHRIST et TORCHES TO ROME réunis. Une espèce de symbiose fabuleuse et surannée. L’Ebullition de la grande époque (pas celle d’ORCHID, donc). Le groupe anti-hype par excellence. Des tempos tachycardiques sur lesquels se posent des riffs à la fois simples, efficaces et mélodiquement au poil, auxquels s’ajoute un chant qui ne triche pas avec les émotions. A la fin de ce Friends With A Demon (clin d’œil à Colin Tappe, chanteur de CRIME DESIRE et responsable de Life’s A Rape ?), j’ai qu’une envie : fouiller ma collection pour ressortir mes disques de MEREL, ARMSTRONG’S SECRET NINE et ICONOCLAST. Définitivement l’un des meilleurs groupes d’emo moderne avec WHAT PRICE, WONDERLAND. Favori. (Life’s A Rape) www.myspace.com/loserlife

LYBIANS S/t LP

Un MINOR THREAT avec chant féminin et un batteur qui rentre correctement ses roulements. Tout à fait juste bien. Le disque est fourni avec un autocollant du label, une sur-pochette transparente sérigraphiée… et un planeur en bois à assembler soi-même. Cool, hein. Bon je te laisse, je vais jouer dehors. (Upstate Chamber Of Commerce) www.myspace.com/thelybiansarecoming

MUTE The Raven CD

Fou comme MUTE me rappelle STRUNG OUT et TEN FOOT POLE. Punk-rock technique et véloce aux antipodes des merdes que l’on nous sert aujourd’hui par wagons entiers (A WILHELM SCREAM, BELVEDERE et tous leurs clones). Alors bon, faut aimer le genre et je t’avouerais que je ne m’y suis plus replongé depuis ma dernière cascade en skateboard il y a plus de dix ans. Ca me passe un peu au-dessus de la tête, même si j’avoue que les Québécois s’en sortent admirablement bien (morceaux solides, quelques tubes, exécution irréprochable). Bref, bon skeud pour les amateurs de roulettes à punk. (Craze/Feuzeul/Fond Of Life/Kickass/ST) www.mutepunkrock.net

THE NERDS Murder Is Now CD

Hardcore rock’n’roll italien. Le groupe cite ANTISEEN et RUPTURE. Malheureusement, le chant est ridicule (Lemmy avec une extinction de voix) et gâche tout. C’est con, les morceaux n’étaient pas mauvais. Basiques mais efficaces. Comme quoi. (Chorus Of One) www.chorusofonerecords.it

NUDE PUBE BANGLERS New Wave Of Norwegian Hard Rock CD

Tout est dans le titre. Excellent disque de hard-rock moderne, dynamique et fun. Moins lourdingue que TURBONEGRO, moins garage que les HELLACOPTERS, tout aussi bien torché que les débuts des HIVES. Le texte du livret sur les abréviations dans la musique est à hurler de rire. Bien vu. Je ne puis que te le conseiller. (Chorus Of One) www.myspace.com/nudepubebanglers

PISSED JEANS King Of Jeans LP

Troisième album. Je n’aurais jamais parié sur une telle longévité. Et pourtant. JESUS LIZARD s’étant reformé pour quelques concerts, ensemble tout devient possible. Marrant de noter qu’après un No Hope For Men en demi-teinte (trois écoutes et puis s’en va), le quatuor revient enfin aux choses sérieuses avec ce magnifique King Of Jeans. Torturé, violent, heavy métallique. Une sainte trinité magnifiée par le doublé Dream Smotherer / Pleasure Race, synthèse parfaite de leurs influences multiples (NIRVANA, MELVINS, SOUNDGARDEN, SCRATCH ACID). Le rock’n’roll est à l’honneur (She Is Science Fiction, Human Upskirt), je ne vais pas m’en plaindre. Chant de possédé, larsens dans tous les sens et tube intégral (Lip Ring). Les types remontent dans mon estime, c’est bien. (Sub Pop) www.subpop.com

PRETTY MARY DIES Put Our Names On The Walls Of Your City CD

Formation bordelaise splittée pour l’heure (avec éventuelle possibilité de reformation). Screamo/post-hardcore plutôt bien branlé mais qui ne me passionne guère. Pour dire, j’ai eu du mal à aller au bout du premier morceau. Vraiment plus ma came, ce genre de trucs. Ca m’a vite-fait fait penser à du MILHOUSE sans la folie furieuse qui animait ce groupe à l’époque. Puis je ne suis pas sûr que marcher sur les traces de METRONOME CHARISMA soit une bonne idée (surtout si c’est pour déboucher sur un nouvel ADAM KESHER). Bon, bref. (Maximum Douglas) www.maximumdouglas.com

REACHING HAND Threshold CD

Là, je dis oui. Si tu ne connais pas le groupe portugais, c’est l’heure de rattraper ton retard. Hardcore moderne moshy mosha female fronté par la sublime Sofia O (bien plus classe que la Karen des OUAIS OUAIS OUAIS). Cinq morceaux classiques et frondeurs, cartons dans les speeds, dansants dans les ralentissements. Une version réactualisée et féminine de JUDGE. Bon, le batteur en met parfois à côté mais c’est pas grave, on s’amuse bien pendant dix minutes et c’est le principal. Très bel artwork, très beau livret, très bons textes. Très bon groupe. Très bon disque. (Chorus Of One) www.myspace.com/reachinghand

RUNNAMUCKS Clawing Back LP

Jamais été fan du trio (et encore moins de ses artworks). Aujourd’hui quatuor, le talent des RUNNAMUCKS m’explosent en pleine figure. Enfin ! Ils sont allés puiser aux sources de la musique heavy (un peu à la façon de leurs potes d’ANNIHILATION TIME) pour transfigurer leur musique. Excellente idée. Ce Clawing Back, c’est du bonheur sur toute sa longueur. Les solis transpirent la classe, les intros de morceaux sont terrifiantes (Mind Of God, Love In Vein) et le chant nique tout. Putain, ça devrait être aussi simple que ça, le rock’n’roll. Un minimum de talent, de bonnes influences et une envie de tout péter en rigolant. Quelques claviers et autres percussions interdites discrètes ajoutent une petite saveur de transgression dogmatique bienvenue. Je doute qu’ils récoltent plus de succès avec ce troisième album mais en tout cas ils ont fait de moi un croyant. Un adepte. Un disciple. (Six Weeks) www.sixweeksrecords.com

SHINING VI : Klagopsalmer DoLP

Tout a plus ou moins été dit dans les stratosphères du journalisme métal suite à la sortie de ce disque. Je n’avais pas eu l’occasion de lire des chroniques aussi longues et détaillées depuis un bon moment, d’ailleurs. Preuve que SHINING est désormais un groupe qui compte. Canonisé. Panthéonisé. Loin d’être mort. Perso, je ne vais pas taper dans le lyrisme de comptoir ou l’analyse sociologique (y’en a qui se débrouillent mieux que moi) mais simplement souligner et appuyer un fait : ce sixième album a tout d’un classique indémodable. C’est un truc qui m’a sauté aux oreilles dès la première écoute. Les Suédois emmènent leur black métal encore plus loin que sur le V, décourageant ainsi les prétendants au trône de meilleur groupe du monde noir. Là, ils sont intouchables. Vas-y pour les rattraper ou ne serait-ce qu’effleurer le même niveau d’excellence, de musicalité et de génie. Ce disque est juste incroyablement évident. Tout y coule de source : les solos déglingués, les prouesses vocales de Kvalforth, les ambiances acoustiques mystiques confinant au grand FLOYD, les matraquages épiques, les expérimentations délétères. Ce disque s’écoute avec le même respect et le même plaisir, que tu le découvres pour la toute première fois ou que tu le connaisses par cœur. Une œuvre maladive, totalement inhumaine mais définitivement bien réelle. Un tour de force absolu. Une bombe sans nom. Tellement bouleversante que je ne sais même pas quoi en dire ni par où commencer. Ce Klagopsalmer se passe de commentaires, voilà tout. Let the music do the talking. FAVORI. (Osmose) www.myspace.com/shininghalmstad

THE SHITTY LIMITS Beware The Limits LP

Punk rock. Post-punk. Post-punk rock. Le quatuor anglais brouille les pistes. Le son de guitare fenderise bien dans les aigus. Petit feeling hardcore SxE (la tension ambiante). Certains morceaux rappellent les CLOROX GIRLS et AUTISTIC YOUTH sans forcément verser dans le tube pop guilleret. C’est dommage, y’avait un bon potentiel (Your Limits Are My Limits, par exemple). Les gaziers semblent plus à l’aise dans la dissonance maîtrisée (Just Like Before et surtout Hardwired, terrible). Pas un mauvais disque, donc. Au contraire. Manque juste le petit truc qui fait la différence. (La Vida Es Un Mus) www.lavidaesunmus.com

SPEEDBALL Three Seconds CD

Ex-FOOTNAILSUCKERS. J’aimais bien le nom de ce groupe. On ne se refait pas. SPEEDABLL donne dans le technicomoshisantmélodicorapide. NO TRIGGER, COMEBACK KID, SATANIC SURFERS, dixit la bio. C’est tout à fait ça. Même remarque que pour leurs collègues de label MUTE : c’est super bien foutu mais ça m’en fait bouger une sans toucher l’autre. Le genre a ses fans, ce n’est pas une chronique qui changera quoi que ce soit. Ceux-ci savent de toute façon que SPEEDBALL assure bien plus que n’importe quelle super production américaine ou canadienne et que ce Three Seconds est indispensable à leur collection. (Don’t Trust The Hype/Oni Red Chords/Craze) www.crazerecords.com

THE TIMEBOMBS I Belong In Hell LP

Ecrire. Décharger sa rage et sa frustration. Evacuer sa haine envers autrui par le verbe. C’est un truc que je faisais souvent. J’étais pas très doué pour ça, mais le but n’étant pas d’intégrer la Pléiade, j’en avais un peu rien à battre. Ca me faisait du bien. Aujourd’hui je n’écris plus. J’écoute les autres se décharger à ma place. Ca fait du bien aussi. Les TIMEBOMBS martyrisent leurs instruments pour en sortir le plus de jus possible. Larsens, distorsion, chaos. Un peu à la manière de leurs collègues de CULT RITUAL ou SEX/VID. Zéro originalité, tout dans le rouge. Sang pour sang pur sang. Punk rock. Y’a rien à comprendre. Tout à ressentir. Bel artwork qui donne la gerbe. 495 copies. (Cowabunga) www.cowabungarecords.com

TRIBE NIHASA S/t CD-R

Une longue plage de quinze minutes divisée en quatre parties. Black métal glauque, froid et très cinématographique. L’intro met dans l’ambiance. Quand les guitares entrent en jeu, un souffle épique s’abat sur les terres dévastées de la tribu Nihasa. Jusqu’à partir en gros bordel en cours de route. Gros travail sur les voix, effectivement. Celle-ci devient un instrument à part entière. J’aime quand ça se calme à huit minutes. Il faut savoir temporiser pour repartir de plus belle, ce qui semble être le cas ici. Et je suis sûr qu’en poussant le délire ambient ritualiste encore un peu plus loin, y’a moyen de sortir un truc complètement fou et autre. Je souhaite en tout cas longue mort à ce nouveau et mystérieux projet. (DIY) pas de contact

V/A Africantape / Sickroom Sampler CD

Sampler qui a la classe. Ca change des merdes hardcore métalemoderne que je reçois généralement. Mathrock, noiserock, pop expérimentale, déglingue à trois bras, instrumenthe à l’eau. Bonne pioche : PUSH-PULL, PASSE MONTAGNE, Alexis Gideon, MASS SHIVERS, BEAR CLAW (entre HARAM et SICBAY, assez énorme) et L’OCELLE MARE (tornade de soie blanche). Le reste me laisse un peu plus froid, mais rien que pour ces découvertes/confirmations, le vieux en vaut la champs d’elle. (Africantape/Sickroom) www.africantape.com

V/A Universal Western Attractions CD

Compilation gentiment offerte par la talentueuse Kacey Johansing. Musique de hippie qui pue le chanvre. Sur vingt artistes, ci-après mes préférés : THE BLANK TAPES et MAGIC LEAVES en ouverture (rêve de la Californie), Indianna Hale (étrange réappropriation de l’univers des CHORDETTES et des ANDREWS SISTERS), Vera Gogh (aussi gracieuse que la Heather Nova de Waste A Day), Colin Ludlow-Mattson (les KINKS tout seul), Kacey Johansing (forcément, avec un tube aussi énorme qu’Angel Island…), THE SWEET SWEET THINGS (qui porte très bien son nom), HONEYBODY MOONBEE (moins énervante que dix COCOROSIE) et CORINNEY & THE DREAMIES (COCTEAU TWINS à la campagne). Moi je dis ouais. (DIY) à télécharger gratuitement sur www.fuzzhouse.com/Recordings/Universal-Western-Attractions

LES WAD BILLYS Hot Brain 10’

Douze minutes de bonheur. Le trio enclenche la machine à tubes, quatre titres durant. J’étais pas super fan avant de les voir sur scène. Là, bonne claque. Carré, fun, humble et efficace. Le groupe de rock’n’roll par excellence. Energie débordante, danse urbaine, refrains fédérateurs à reprendre en cœur. Ce vingt-cinq centimètres traduit bien la folie qui anime le combo lors de ses prestations live. Enregistré par Kevin (batteur du SINGE BLANC, son aux petits oignons) et sérigraphié par la famille Percolation (encore du beau boulot). Le morceau-titre va te hanter jour et nuit. (Schnitz Prod) www.myspace.com/leswadbillys

WALLS S/t One Sided 12’

Quand je vois tous ces beaufs de la musique de France qui essaient par tous les moyens de se la péter violence et gros bras pour imposer leur style de baltringues tatouées et H&Misées, genre moi je suis un danger moi (mais je ne fais peur qu’aux vieilles), j’ai qu’une envie : leur balancer ce disque de WALLS en pleine gueule. Le malaise et l’agression résident en ces six titres littéralement dégueulés par un groupe dont la furie est devenue beauté. COLD SWEAT faisait déjà mal au bide. Le premier album de WALLS m’avait prix à revers avec ses emberlificotements hérités des plus belles heures de DAZZLING KILLMEN. Ce nouveau 12’ fait aujourd’hui la synthèse de ces deux époques en explosant tout sur son pasage. DEADGUY et MILHOUSE sont revenus d’entre les morts. Amen. (Iron Lung) www.myspace.com/lifeironlungdeath

ZERO BOYS History Of LP

Secretly Canadian me fait le plaisir de sortir un bon disque. Il était temps. Premier fois que ce History Of voit la lumière du jour depuis les obscures 80’s. Il était temps. Midwest punk mythique que même les rats de forum français en sont raides dingues. Va comprendre. La musique appartient à tout le monde, remarque. Perso, je préfère mille fois les BIG BOYS à tous les autres groupes essentiels de cette époque. Franchement, entre un We Got Your Money et un Johnny Better Get, y’a pas photo (même si Blood’s Good a tout d’un énorme classique, j’avoue). Bon, je tiens quand même entre les mains un « document », alors un peu de respect. Savais-tu que le groupe existe encore aujourd’hui et continue à jouer ? Beh oui, tout le monde les connaît, désormais. (Secretly Canadian) www.zeroboys.net

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Flo, chouette boulot encore ! ;o)

Phil

PS : SHITTY LIMITS = énorme groupe Live !

buddy satan a dit…

Hey Phil ! Merci pour le petit mot, ça fait toujours plaisir ! J'espère les faire jouer un de ces 4, les Shitty Limits :-D

Anonyme a dit…

Je serai dans le pit si tu les fais jouer (un weekend!)

Phil

colin a dit…

Hey merci pour les chros!
colin/maximum douglas

seb a dit…

cool chroniques, merci pour la découverte de Vera Gogh :)

par contre A Wilhelm Scream de la merde? Turbonegro lourdingue?! Ca va pô non!

buddy satan a dit…

A Wilhelm Scream, comparé aux vieux Strung Out / Ten Foot Pole, ouep je trouve ça assez merdique. Turbonegro j'ai toujours trouvé ça extrêmement chiant et pataud. J'ai peut-être loupé quelque chose, en tout ça me l'a jamais fait (hormis les costumes).

sickofmotion a dit…

Y'a un ptit "u" en trop dans le lien pour Vera Gogh. Belle découverte (à tous les sens du terme), merci.

buddy satan a dit…

Oh merde ! Merci pour la correction, Sick Of Motion !

Anonyme a dit…

Kumisolo est une artiste incroyable.

Enfin un blog qui parle de son album, c'est réjouissant.

Elle possède un véritable univers, original et très sympathique.

Ses morceaux sont très intéressants, j’espère qu’elle va gagner en reconnaissance car elle le mérite.

En plus j’ai découvert qu’on pouvait coproduire le projet de Kumisolo sur le site kisskissbankbank

Si comme moi au début vous êtes sceptique, regardez la vidéo dans laquelle Kumisolo expose son projet.

A ++