lundi 1 juin 2009

#29

Hey,

On est le 4 juin.

J'ai exprès attendu pour faire cette mise à jour. Pour voir les réactions indignées et inquiètes. Hé ben merde, mon retard est complètement passé inaperçu. Ca m'apprendra, tiens. L'orgueil est un vilain défaut.

Bon sinon, au rayon des news, je ne suis pas sûr qu'un 6 Mois Aux Chiottes #5 voie le jour. J'ai juste absolument pas le temps de m'y consacrer en ce moment. Trop de concerts à l'Emile Vache en ce mois de juin. J'attends la quille avec impatience, the summer is magic, j'aurai deux mois à combler. Et ça va y aller. Faire de la musique, faire de la peinture, faire du vélo et regarder des films. Ca fait longtemps et ça va faire du bien.

Y'aura bien une update en juillet hein, je continue le blog contre vents et marées pour te faire gentiment marrer.

L'adresse remains the same :

Si t'es de passage sur Metz, viens boire un verre à l'Emile.

Cheers up yours,

Buddy Satan x Noir Fluo



AEUHW Déguisé En Veau CD-R

Disque d’enregistrements en direct. Près de quatre-vingt minutes de rock barré complètement nawak. Super classe ou super chiant, suivant l’humeur. Toujours le même délire avec les trucs improvisés. Perso, j’ai pas les codes pour dire si c’est bien branlé ou pas. C’est juste une question de moment. Là, à l’heure où je me sors les doigts du derche pour écrire ces quelques lignes, je suis sous le charme. Demain, en le réécoutant, je trouverai ce disque probablement imbuvable. (Komfrat) www.myspace.com/aeuhw

ART BRUT Art Brut Versus Satan CD

En compète pour le lauréat du meilleur album de 2009. Et cela dès le premier riff. It’s A Bit Complicated était un bon disque un poil très gnan gnan à mon goût (d’excellents morceaux côtoyaient des chansons un peu poussives). Ce troisième opus rectifie le tir. La production est tellement au top qu’on dirait presque du PIXIES sous amphètes. Normal, c’est Frank Black derrière les manettes. Les textes puent toujours autant la classe et le groupe déroule ce qu’il sait faire de mieux : du tube au mètre carré. Une autoroute déserte, un dragster, le pilotage automatique. Le quintet mal assorti t’emmène à l’autre bout de la planète. Faudra juste abandonner ta discographie complète de THE FALL, mais de toute façon elle ne te servait à rien (hormis Totally Wired, une chanson que tu peux à la limite garder sur ton Ipod). Et en plus il fait beau dehors, tu peux rouler les fenêtres ouvertes. FAVORI. (Cooking Vinyl) www.cookingvinyl.com

BEESWAX Le Beest Of CD-R

Jolie compilation de demos, morceaux de compiles, split (avec TANTRUM) et lives. Le groupe s’est récemment reformé et a ouvert pour PICORE à l’Emile Vache. Honteux, j’avoue ne pas avoir été présent (j’avais de bonnes raisons, enfin je crois). Mais tout le monde m’a dit que ça l’avait carrément fait. Bref, ce Beest Of est en tout cas une belle rétrospective, témoignage vivant de l’évolution d’un groupe précurseur en matière de duels basse-batterie sauvages (et qui a commencé, comme tout le monde, avec une guitare cf les deux premières démos qui naviguent à vue entre NIRVANA, JESUS LIZARD et KYUSS). Plaisir aussi de réentendre les tubes qui ont fait leur succès dans les deux Vallées (Orne et Fensch). Cette bonne vieille noise à l’ancienne qui ne vieillira jamais. Je leur souhaite en tout cas une nouvelle et très longue vie. (Metro Sapiens) www.myspace.com/beeswaxdrumbass

BILLY THE KILL Joy, Sex & War CD

Ne jamais juger un disque à sa pochette. Là, en l’occurrence, j’aurais pu me coltiner la 153 e décalcomanie française de Chuck Ragan (car chez les punks à paillettes, folk rime avec HOT WATER MUSIC, va comprendre). Heureusement pour moi, BILLY THE KILL (qui s’est peut-être rendu coupable d’avoir joué dans des groupes Guerilla Poubellesques, qui sait) a l’air d’avoir écouté autre chose que Oui FM. Il nous livre donc un très joli second album entre folk américaine enlevée et pop mélancolique, quelque part le chaînon manquant entre JAWBREAKER era Dear You et les élucubrations de jeunesse de Ben Kweller. C’est rare qu’une bio vise juste. Autant le souligner. Un petit côté ACTIONSLACKS goes Midwest aussi. Tout ce que j’aime, quoi. Manque peut-être un poil de variété dans le chant et deux/trois tubes aptes à emmener ce disque (collection de morceaux homogènes) vers les sommets étoilés de la pop de salon. Sur le prochain opus ? (Kicking/Dog Days) www.kickingrecords.com

CONFUSE THE CAT Kericky CD

Les ex-REIZIGER se font plaisir avec ce nouvel album (sorti l’année dernière, ok je ne suis jamais de la première fraîcheur). Marrant comme ce Kericky me rappelle mes premiers amours rock new wave. OPPOSITION, ABC, O.M.D. dans certaines mélodies, le U2 des débuts également. Les refrains sont au diapason, entre mélancolie chaude et festivité froide. On pense fréquemment à une version 80’s de ROBOCOP KRAUS ou THE PLANE IS ON FIRE. Très bel artwork qui prouve par A + B qu’une simple photo vaut toujours mieux que dix mille bidouillages post-Bannon. Bref, bon disque. (Zeal) www.confusethecat.be

DEAD AS A DODO Démo CD-R

La démo sature. Normal, c’est du garage. Y’a ce côté 60’s que tous les groupes ont assimilés aujourd’hui (avec du retard, mais fallait bien que la mode prenne un de ces quatre). Je reviens toujours avec les mêmes comparaisons de mois en mois mais ça me rappelle furieusement les COUNTDOWNS. Même remarque que concernant tous leurs collègues lorrains : les mecs, faut essayer d’aller droit au but. Car malgré la courte durée de cette démo (dix huit minutes), je me suis surpris à parfois regarder ma montre (comme on dit). Peut-être le son qui manque de subtilité (n’est pas COUNT 5 qui veut). Mais je suis sûr que c’est moins chiant en live. (DIY) www.myspace.com/deadasadodoinacave

ESCAPE / TURNED PAGE / BURN MY BRIDGES Bridge The Gap Split CD

ESCAPE (Malaysie) : hardcore moderne et foufou avec un chant criard qui peut faire mal aux oreilles. Leurs quatre missiles tiennent la route, le son est puissant et l’exécution sans sommation. TURNED PAGE (France) : la même mais en plus viril et approximatif. BURN MY BRIDGES (Corée du Sud) : plus classique et trashy mais au moins aussi baston que les premiers. En fait, on aurait pu aisément se passer des Français. Comme d‘habitude. (Kawaii/Holdstill/Hidden Value) www.kawaiirecords.com

JONJO FEATHER Is Or Ok CD

Joli disque fracturé. La pop du gars Jonjo se confectionne à l’aide de bouts de métal divers et variés. La dissonance est une composante indivisible de son mur du son. Certaines mélodies valent carrément le détour. Lo-fi comme pouvait l’être SONIC YOUTH sur son chef d’œuvre Experimental Jet Set Blah Blah Blah, avec une légère touche anglaise genre le BLUR de Parklife et un goût douteux pour le psychédélisme de babeloche (entre BECK et les 13TH FLOOR ELEVATORS). Mais ça marche. Quatre trubes imparables : Taxi, Little Spark, I Suppose et Rickenbacker Baby. C’est plus que sur le dernier Franz Ferdinand. (Dead Young) www.jonjofeather.com

FORGET THE HEROES We Don’t Need Guitar CD

FORGET THE HEROES est un bon groupe et We Don’t Need Guitar, un excellent disque. Problème : c’est tellement bien joué et composé qu’on a l’impression que le quintet a perdu son âme en route. C’est tellement propre et léché qu’on en vient à espérer qu’il y eut au final cette guitare ironiquement mise au banc de la société des artistes. C’est funky et moderne, furieusement féminin, gorgé de violons qui dégoulinent parfois. Ca peut faire penser à KT Tunstall ou aux BRAND NEW HEAVIES (très vite fait). C’est bon mais ça manque d’un grain de folie qui pourrait faire toute la différence. Trop clinique, trop parfait. Beh ouais, ça arrive aussi. L’artwork remporte le prix du plus laid de ces dix dernières années, à l’aise. Produire un truc pareil en 2009, ça me laisse pensif… (Un Autre Jour) www.forgettheheroes.com

GLAUKOM SYNOD Macabre Remixes CD-R

GLAUKOM SYNOD est le jouet électronique de Gabriel, tête pensante de Nihilistic Holocaust (qui héberge en son sein le meilleur groupe de death français actuel : IMPUREZA). EBM triggée jusqu’à la nausée, techno hardcore sludgisante. Je le soupçonne d’avoir branché un marteau-pilon sur son ordi pour enregistrer les rythmiques. Le coup de génie du disque : le remix de Money Money Money d’ABBA. (Under The Average) www.myspace.com/nihilisticholocaust

GLAUKOM SYNOD Spirit Kleptomania CD-R

Huit remixes et dix-huit minutes de torsions chaotique entre noisecore synthétique et indus maladif. Le pendant glauque et underground d’OTTO VON SCHIRACH (tu sais, ce mec qui joue à la Laiterie tous les trois mois). Viens fumer ta boulette de violence. (Powder Sniffer) www.myspace.com/glaukomsynod

GOLDEN BOOTS The Winter Of Our Discotheque CD

J’aime les types qui ont de l’humour. Les GOLDEN BOOTS font ouvertement référence au dernier roman de Steinbeck dans le titre de cet album. Drôle comme un simple jeu de mot bien pensé peut parfois mettre en confiance. Leur indie rock est à l’image de ce calembour pour gourmets : bancalé (bancal et décalé, comme sur Easy Lie), aérien l’air de rien (le très PAVEMENT meets AIR Ghosts), pince-sans-rire (Love Is In The Air et ses accents BEATLES goes dub), un peu noisy aussi (Makebelieve). Le tout rappelle fortement les années 90 et WEEN. Ca donne envie, hein ? En tout cas, merci aux bons gars d’Havalina qui ont eu le nez assez creux pour nous dégoter cette petite perle à remonter le temps. (Havalina) www.havalinarecords.net

IDEAL RESIDENCE MOBIL Highest Of Seven Heavens Live Tour CD-R

Du rock chelou pas inintéressant. Excentrique, en équilibre entre le barré et le catchy. De bons riffs, un chant maniéré, une section rythmique audacieuse. Bonne idée, les percus. (DIY) www.myspace.com/idealresidencemobilquintet

INYS S/t CD-R

Testament d’un groupe aussi discret qu’intéressant, cet ultime trois titres envoie les désormais défunts INYS au septième ciel. Les Chambériens (habitants de Chambéry, pour les ignares) réalisent enfin leur potentiel en injectant une définitive dose de déstructure dans leur chaos rampant. Difficile de ne pas penser parfois à un certain SUBMERGE quand le tempo s’emballe. Emboîte Le Pas rappelle également un DEADGUY industriel screamoïsant (c’est difficile d’arriver à la hauteur d’une vocalise de Tim Singer, on est d’accord), et j’aime, oh oui j’aime, quand ils partent dans ce délire-là, à la fois noisy, boueux et mélodique. L’artwork est cool, simple et efficace. Le livret est plein de beaux textes et de réflexions politique et poétiques sur la musique et la vie. J’espère que la mort d’INYS (pour ISIS malheureusement, va falloir encore attendre) donnera naissance à de nouveaux projets aussi excitants. Ce disque est prix libre. Ce disque est gratuit. Ce disque n’est pas une marchandise. Ce disque est plus qu’un disque. (Taenia Solium/J’Appelle Les Flics) www.inys.fr

I PILOT DAEMON Happily Depressed LP

A moitié convaincu. C’est ce que j’avais écrit dans ma chronique de leur CD. Le format change aujourd’hui mais mon avis reste le même. I PILOT DAEMON est un bon groupe avec un bon chanteur et qui recrache ses influences de manière flagrante mais correcte. Malheureusement, l’habillage sonore est parfois difficilement supportable. Je dis pas, j’ai bien aimé certains groupes de néo métal (ça se résume aux deux premiers KORN et DEFTONES, HUMAN WASTE PROJECT, MANHOLE et puis basta) mais c’était en 1994/1995. Je les réécoute aujourd’hui avec plaisir, ces disques. Mais de là à vouloir sonner presque pareil… Bon, à leur décharge, on sent la jeunesse du projet et le groupe qui se cherche (les riffs pompés chez BOTCH). J’ai pas écouté ce qu’ils ont fait depuis. C’est peut-être vachement mieux. Bel artwork, joli poster, sorti par des gens que j’apprécie. (Ruin Your Fun/Distorted Charly Brown/Lacrymal) www.myspace.com/distortedcharlybrown

MADELINE White Flag CD

Nouvel album de MADELINE, rien de neuf sous le soleil si ce n’est que c’est toujours aussi beau, sensible, touchant, enjoué, plein d’espoir et gavé de trucs bizarres qui remuent les papillons que tu as dans l’estomac. Puis tu tombes sur le morceau-titre et là c’est le drame. Tu ne l’écoutes plus que lui, en boucle. Jour et nuit. Nuit et jour. Pire qu’une drogue. White Flag, l’album, est excellent. White Flag, le tube, est MONUMENTAL. A devenir fou. La prochaine qu’elle vient en Europe, je m’arrange pour la faire jouer seule et pendant au moins deux heures (sauf tout le respect que je dois aux DEFIANCE, OHIO). (Orange Twin) www.myspace.com/madelinesongs

MAXIMO PARK Quicken The Heart CD

Dès le premier morceau, on sent un changement. Un truc imperceptible mais prégnant. Indicible. Comme les bestioles de Lovecraft. MAXIMO PARK a besoin de grandir. MAXIMO PARK a envie de vieillir. Ceci explique le son plus grave (les grattes manquent de tranchant), le ton plus noir de certains morceaux (The Kids Are Sick Again, pas un premier single très évident), la nostalgie des textes de Paul Smith. Ceci explique un artwork sobre, limite austère (même si l’objet est beau : double digisleeve avec livret de photos, paroles et DVD d’un concert à Newcastle). Ceci explique la présence d’un seul véritable tube (Questing, Not Coasting) parmi douze plus qu’honnêtes compositions (Wraithlike, Calm, Let’s Get Clinical, Tanned). Sûr que, pour quelqu’un qui découvre MAXIMO PARK avec ce troisième album, le groupe reste au top du top en matière de pop anglaise moderne. Mais quand tu compares avec leurs deux précédents opus, tu sens quand même la déception poindre au bout d’une dizaine d’écoutes. Tu reviendras donc volontiers sur A Certain Trigger et Our Earthly Pleasures en laissant malheureusement ce Quicken The Heart de côté. Un faux-pas ça arrive, même aux meilleurs. (Warp) www.maximopark.com

JESSICA LEA MAYFIELD With Blasphemy, So Heartfelt LP

Le favori de 2008 en CD revient en vinyle en 2009. Favori. Y’a pas d’autres mots. Favori. Ce disque est tout simplement magnifique. Il s’écoute à burnes, quinze fois de suite. Il s ‘écoute les yeux ouverts ou fermés, bien réveillé ou à moitié endormi. Il s’écoute le cœur léger ou lourd de tristesse. C’est un chef d’œuvre de folk contemporaine. Et pourtant, le monde continue à l’ignorer. Combien de chroniques faudra-t-il que je torche pour t’en convaincre ? FAVORI. (Polymer) www.myspace.com/jlmayfield

OESTROGENA ORCHESTRA Ni Vues, Ni Connues CD

Aux chiottes, l’éthique. Wondernoise a sorti ce disque, en coprod’ avec les filles. Je ne suis pas peu fier d’y avoir participé avec Jennie. Il est des groupes qui transcendent les genres et qui me foutent directement les larmes aux yeux quand j’écoute leurs disques. Les OESTRO font partie de cette catégorie. Et c’est un métalleux/hardcoreux/punk/grindeux/ce que tu veux qui te le dis. Et c’est pas pour en vendre trente-cinq caisses. On en écoulerait trois exemplaires que j’en aurai de toute façon rien à foutre. Il fallait juste qu’on prenne part à ce beau projet. C’était plus fort que nous, que la raison ou le bon goût. C’est tout. On aime les filles, leur musique, leurs textes, leur humour, leurs prestations scéniques. Ah oui, j’oubliais : c’est de la chanson française. On se foutra probablement de ma gueule dans les milieux autorisés. C’est pas grave, ce sera l’occasion de mettre quelques baffes dans la gueule en signe de bienvenue. Artwork signé New Work City, beh ouais on reste en famille. (Wondernoise) www.oestrogenaorchestra.com

OPEN WIDE Japan Youthcrew Discography CD-R

Neuf titres de Youth Crew Japonais, qui peut refuser ? Personne. L’artwork évoque RELEASE et un CRUCIAL SECTION sain d’esprit. Musicalement, on se retrouve à l’exacte intersection des quatre groupes que nos amis Nippons reprennent (avec forte classe, d’ailleurs) : MAINSTRIKE, BOLD, RANCOR et surtout BUILDING. Classique, efficace, hardcore. (Kawaii/Legion/World’s Appreciated Kitsch Records) www.kawaiirecords.com

ROGERTHAT The Vanilla Gorillas CD

Ce qui est bien avec ce taf de programmateur, c’est que tu reçois plein de disques. Des trucs parfois très biens (CULTURE REJECT, révélation de 2009), des trucs parfois pas biens (j’ai pas assez de place pour en causer) et des trucs parfois à côté desquels tu serais passé… à côté… OK, ma syntaxe est à chier aujourd’hui. Bref, si on m’avait pas filé ce disque de ROGERTHAT, je n’y aurais probablement jamais prêté attention. Six titres de musique du soleil en provenance d’Australie. Funky fresh, raggapop, 70’s roots. Le quatuor évoque les RED HOT, SUBLIME, voire un SUGAR RAY qui serait resté dans le droit chemin. Ca pète pas trois dents à un junkie mais c’est pas mal du tout. (Cruiser Weight)
www.myspace.com/rogerthatofficial

SLIVER Music Is A Weapon CD

Intro de Chuck Palahniuk. On peut dire que Ben est obsédé par cet auteur. C’est vrai. Chacun ses vices, n’est-ce pas ? Hier soir j’ai bien regardé un concert de Kylie Minogue en entier. Y’a pas de mal. Bref, intro qui augure de bonnes choses. J’avais été sévère avec leur précédent album. Celui-ci rectifie quelques fautes de goût. Cool. Musicalement, je ne suis toujours pas grand fan de leur emo mélodico-metallisé (THURSDAY, HELL IS FOR HEROES) mais faut avouer que les gaillards commencent à bien maîtriser leur sujet. Ca chante plus juste qu’avant, les compositions sont plus catchy, les textes s’orientent vers le commentaire social plutôt que la métaphore politique de base. Ils commencent à me faire penser à ROMEO IS BLEEDING dont je n’étais pas non plus grand fan à l’époque. Mais c’est juste histoire de faire une comparaison. Vaut mieux leur ressembler plutôt qu’à BORDERLINE ou EMPYR, non ? (We Are All Liars/Winged Skull) www.slivering.net

TACITURN / ANEMONE Split CD-R

TACITURN : screamo, métal, ORCHID, cordes qui frisent, BOKANOVSKY, mosh parts. C’est encore un peu jeune pour me claquer la gueule correctement mais c’est déjà plein d’entrain et de promesses pour la suite. ANEMONE : je me souviens de sa prestation avec Richard Bohringer dans Le Grand Chemin. Cool film qu’il faudrait que je me remate à l’occasion. (Abitbol/Desormais/Hey Hey/respira/Theatre) www.myspace.com/desormaisprod

THE TAN CASE / KLL Split CD

La solitude du groupe dont tout le monde se fout, je ne connais que trop bien. Pour ça que j’aime THE TAN CASE. Ce quatuor érige, disque après disque, une œuvre originale et atypique dans le paysage DIY français. Loin du glamour black metal des uns ou du respect des règles de bon goût des autres (on peut encore découvrir BREACH en 2009, ce n’est pas pas un mal, mais de là à en faire une obsession…), les Montcelliens (habitants de Montceau-les-Mines, pour les débiles) délivrent quatre nouveaux morceaux fourre-tout, entre screamo habité (les incultes ne verront pas plus loin, de toute façon), emo 90’s, hardcore métal straight-edge et rock’n’roll post-REFUSED. Un joli mélange qui, même bancal dans la façon dont certaines parties sont assemblées, reste passionnant de bout en bout. Leurs potes de KLL font, de ce fait, limite pâle figure. Je vois où ceux-ci veulent aller (l’Allemagne du milieu des 90’s) mais ça manque encore de gniak pour convaincre (n’est pas CAROL qui veut). L’artwork rappelle PG99 en moins bien. (Orchid Scent/Paranoïa/Vinyl Kisses) www.myspace.com/vinylkisses

THE THIRD MEMORY S/t CD-R

J’aime pas THE THIRD MEMORY. J’ai jamais aimé. J’arrive pas. Leur émo violent me passe complètement au-dessus de la tête. Ce n’est pas ce nouveau disque qui changera quoi que ce soit. (Itai Itai/Hidden reainbows/Petit Chantier/Désormais) www.myspace.com/thethirdmemory

TOBAÏAS S/t CD

Hardcore émotionnel à l’ancienne. Rapide, mélodique, finement métallique. Bien plus convaincant que la plupart des bouses modernes pseudo pleurnichardes. Dommage que le chant lead soit encore un peu trop connoté tough guy. A part ça, rien à dire, c’est carton comme il faut. Dans le même genre, ils mettent la branlée à leurs collègues de THE NY HILL STILLNESS. Les textes sont politico-personnels, mais ça tu t’en doutais. (L’Artiisant) tobaias.blogspot.com

TOY FIGHT Peplum CD

Premier groupe français à signer chez City Slang (THE NOTWIST), TOY FIGHT fait dans la dentelle sonore. Ce Peplum nouveau (second album pour les Parisiens) rappelle furieusement le BELLE & SEBASTIAN de If You’re Feeling Sinister. Aussi doux, soyeux et joyeux que le joyau des Ecossais. N’oublions pas que le sextet dont on cause aujourd’hui vient du pays qui a vu naître Serge Gainsbourg, d’où ce french côté atypique qui n’est pas pour me déplaire. Le quota de tubes est, quant à lui, respecté (Your Own Fireworks, Minute Song, Bob II, Les Indes Noires, Trucmuche). A écouter d’urgence, surtout en cette période de l’année. Car Peplum est un album qui s’accommode plutôt bien d’un bol de fruits fraichement coupés, d’un canapé et d’un ventilateur. (City Slang) www.cityslang.com

TRACY GANG PUSSY Number 4 CD

Les meilleures blagues sont souvent les plus courtes. Celle-ci fait quarante-deux minutes et cinquante-sept secondes. (Apokalypse) www.tracygangpussy.com

V/A Kito Sounds Volume 2 CD-R

Putain mais ce morceau de MR BIOS en ouverture, c’est juste de la pure folie ! Ou comment fusionner TARENTEL et DELOREAN dans une orgie de danse aérienne. Christophe (le véritable Ian Curtis de Metz) prend la tendance à contre-courant. Par les temps qui courent (filtres à gogo et crissements de pneus électroniques), c’est plus qu’appréciable. C’est salutaire. C’est indispensable. Ce Update anthologique mérite à lui seul la mention « Favori ». Cependant, ce serait occulter bêtement les excellents morceaux des potes de FILIA MOTSA, KOMPARCE, THE BUNCH, DEAD BIRDS, THIRTEEB DEAD TREES ou DOG BLESS YOU qui valent également leur pesant de shit. Y’a aussi PICASTRO, FRACTURE, Felicity Mangan et même la toute première comptine solo de ton serviteur. Incroyable, hein. Là tout de suite t’as envie d’écouter la merde que j’ai pondu juste pour te foutre de ma gueule, non ? Si c’est le cas, n’hésite surtout pas une seule seconde et commande cette rondelle d’urgence chez les Kito Kat. (Chez Kito Kat) www.chezkitokat.com

XULFNI Colorifique CD-R

Ambient fracturé, improvisations constantes, textes en forme d’exorcismes. Si je reconnais l’originalité de la tâche, j’admets avoir énormément de mal à rester concentré pendant toute la durée du disque. Je vais encore passer pour le mec qui comprend rien à l’art contemporain mais c’est pas bien grave. (Komfrat) www.komfrat.org

6 commentaires:

Marku a dit…

Personnellement, ce retard de mise à jour m'a légèrement perturbé. Mais je ne me suis pas manifesté, ça faisait trop suceur de queue sinon.

Savoureuses chroniques, comme d'hab'.

guillaume a dit…

...alors tu suces à rebours, ah-ah-ha-ha-ha-ha-ha!
J'avais remarqué mais je ne me faisais pas de souci pour notre Marsouin de Dall national.

buddy satan a dit…

Je ne ferai plus de mauvais blagues.

Knuckle Duster a dit…

Merci pour la chronique de Jessica Lea Mayfield, t'auras fait au moins un nouvel adepte.

buddy satan a dit…

J'ai qu'un seul rêve cette année : la faire jouer à l'Emile Vache.

Metro a dit…

Merci pour ta chronique du Beest-Of, ça fait chaud dans mon petit coeur !
Bises... wax !